En cette période où transport de produits pharmaceutiques et vaccins est à la une de tous nos journaux, penchons-nous sur une méthode de transport à température dirigée propre : l'utilisation de glace carbonique.

La glace carbonique, carboglace ou Dry Ice en anglais est le nom donné au dioxyde de carbone sous sa forme solide. Elle est produite à partir de CO2 de fumées récupérées à la sortie des usines, il y a une trentaine de points de production en France.

Dans le transport, elle est utilisée comme réfrigérant afin de maintenir les marchandises sensibles à la chaleur à une température adéquate.

Quand et comment utiliser de la carboglace ?

La carboglace est principalement utilisée dans le transport aérien de denrées périssables, de produits alimentaires, de produits pharmaceutiques (vaccins, médicaments) ou encore de transports sanitaires de sang ou organes.

La carboglace a l'avantage de passer de l'état solide à l'état gazeux (sublimation) lorsqu'elle fond sans passer par l'état liquide ce qui permet de ne pas endommager les marchandises.

Cette glace a une température de -78 degrés celsius et a une durée de vie de 10 jours. Elle peut être découpée sous toutes sortes de formes (bâtonnets, pains, ...) afin de s'adapter à la marchandise transportée.

Enfin, elle a l'avantage d'être un réfrigérant propre car aucune émission de CO2 n'est produite.

Les spécificités documentaires pour le transport de carboglace

En transport aérien, dans le cas général, la carboglace est considérée comme une marchandise dangereuse par l’Association internationale du transport aérien (IATA) : elle possède un UN (1845) et une classe (Class 9).

Cependant, la carboglace n'est pas considérée comme une marchandise dangereuse lorsqu'elle est utilisée comme réfrigérant de matière non dangereuse. Dans ce cas-là, le chargeur ne doit pas réaliser de DGD (dangerous goods declaration). Il suffit d’indiquer la présence et la quantité de carboglace dans la lettre de transport aérien.

En revanche, dans le cas où la marchandise réfrigérée est considérée comme dangereuse selon IATA, la carboglace doit être déclarée dans la DGD : il faut indiquer la quantité et le type d’emballage, comme ci-dessous:

Il est possible d'utiliser la carboglace  pour un colis contenant plusieurs types de marchandises dangereuses avec des UN différents sans limiter la quantité maximale de marchandises dangereuses de ce colis, appelée Q-Value.

Dans certains cas, la marchandise réfrigérée par carboglace est accompagnée de thermomètres (data-loggers en anglais) qui récoltent et enregistrent des informations sur la température tout au long de la chaine du transport. Il n'est pas nécessaire de déclarer ces thermomètres sur la DGD même s'ils contiennent des batteries au lithium. En revanche, des étiquettes sur le colis sont nécessaires.

En transport routier, la carboglace n’est pas considérée comme dangereuse selon l’ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route)

Si vous avez la moindre question sur la carboglace, ou tout autre sujet relatif à vos transports, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante : contact@ovrsea.com